Retour

03.05.2020 - 04:35

Pierre-Yves Maillard plaide pour un soutien aux apprentis

"Il faut éviter que des milliers de jeunes se trouvent sans pespective", alerte Pierre-Yves Maillard. Pour ce faire, le président de l'Union syndicale suisse (USS) propose que la Confédération octroie aux entreprises 1000 francs par apprenti embauché.

Les PME devraient pouvoir déduire cette somme, par année et par place d'apprentissage offerte, des prêts contractés pour faire face à la crise, explique M. Maillard dans une interview avec le Matin Dimanche. Ce montant pourrait même être doublé pour les entreprises qui accueillent en septembre les jeunes qui n'ont pas trouvé de place d'apprentissage en été, ajoute-t-il.

Le président de l'USS n'est pas en mesure de donner un coût précis pour une telle mesure mais estime qu'un "faible pourcentage d'abandons de créance permettrait de sécuriser ou de créer des dizaines de milliers de places".

Interrogé sur la restriction de cette aide aux entreprises qui ont contracté un emprunt, M. Maillard répond qu'il s'agit d'un moyen ciblé d'aider les entreprises en difficulté maintenant à former des apprentis. "C'est peut-être politiquement plus facile de faire accepter de renoncer à des remboursements plutôt que de créer une subvention", ajoute le Vaudois. A terme, il faudra réfléchir comment aider toutes les entreprises formatrices, reconnaît-il.

Dans une tribune publiée dans Le Temps en avril, des responsables cantonaux de la formation avaient déjà appelé la Confédération à instaurer un "bonus apprenti" pour soulager les entreprises formatrices. Il pourrait prendre la forme du financement du salaire d'un apprenti pendant une période donnée, avaient-elles proposé.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23